1er Lauthorë

Publié le par Lhyn Sedrin

 

Sur la place les rubans de couleur jaune et vert sont remplacés par des ribambelles de fleurs, la poudre de fée, la poudre de perlimpimpim envahissent les rues, le matin se lève sur une cité scintillante au couleurs pastelles, les habitants ont tous le sourire aux lèvres, des maisons sont fermées, l'hôtel des Giovanni est barricadé, les jongleurs, les danseurs, les équilibristes sont à tous les coin de rue, un marché féérique est apparu en silence, surprenant les ménagères des premiers rayons de soleil, un bruit cours dans la cité que la reine des fées sera bientôt là, elle entrera par la porte d'Ulim et ira en procession jusqu'à la place Royale, elle sera hébergée à l'Université.

Les Phénix et les Gargouilles, les Pégases et les Dragons font une haie d'honneur à la Reine Lilliane, celle-ci marche aux bras d'un satyre et d'un humanoïde à l'air revêche, très grand aux cheveux noirs et aux yeux fendus, ceux qui le connaissent peuvent reconnaitre Karmike, les spectateurs en viennent légitimement à se demander, face au dédain des dragons en temps habituels, s'ils ne saluent pas Karmike le dracosire plutôt que Lilliane la fée.
Cependant la beauté rayonnante de cette dernière éclipse tous les doutes des présents. La journée fleure le muguet, la Reine envoye des brassées de fleurs et de poudres féériques, tout le monde baigne dans la liesse de son passage.

Les petits larcins en ces temps de fête n'étaient pas rares. Les autorités n'intervenait pas, l'indulgence de la reine des fées s'étendait jusqu'aux détrousseurs et aux tire-laines.

 Alors qu'elle faisait son apparition sur la place du palais après avoir traversé les rues, la reine Cilou se matérialisa, c'est elle aussi une fée, le roi Utopia était absent, la reine aussi, mais à cette unique occasion pendant quelques instants elle apparaissait pour donner sa bénédiction féérique à Lilliane.

Un silence respectueux se fait. Puis elle disparait et Lilliane entre dans l'Université. Là le Conseil ainsi que le Collège des Hauts Mages l'attendaient. Les passants qui ne festoyaient pas pouvaient suivre la Reine jusqu'ici.

Publié dans Contextes Elwéniens

Commenter cet article