La vie, la mort confondues

Publié le par Lhyn Sedrin

G. Morris aux éditions Fleuve Noir Anticipation, un livre poche de 1982, l'exemplaire que je tiens dans les mains est numéroté 552. 
 Quel plaisir de pouvoir lire de nouveau en s'annihilant dans une histoire fantastique et effroyable, mais tellement bien écrite ! Commencé vers 11h, il a maintenant délivré les derniers mots, 16h 40, le silence se rétablit, la tête tourne soulée d'images les yeux piquent, le monde vascille, la réalité remonte, les oiseaux qui chantent, le soleil sur la peau, l'air qui se fraie un chemin vers les poumons, le coeur qui bat plus fort....

 

Extrait choisis

 

Eux trois, les petits monstres, ne hurlaient pas d'horreur.
Mais d'excitation.
De joie ! Impossible d'échapper à cette conclusion, à cette interprétation de leurs rires hystériques !
Conçus, nés, grandis dans la violence, ils aimaient la violence.
Au point de n'en pas voir l'horreur.
Au point -se sachant en sécurité- d'en aimer l'horreur et de pouvoir en rire !
Certes, ils n'en étaient pas responsables, mais tout en pressant, de plus belle, le contact de son lance-plasma, Morgane se demanda, fugitivement, (et frémit -d'horreur- à cette pensée,) s'ils valaient la peine d'être sauvés.
Si les "Exterminateurs du Jugement Dernier" n'avaient pas eu raison, d'un bout à l'autre.
Si l'humanité de demain, dont ces gosses étaient les graines, méritaient, vraiment, qu'on lui accordât une dernière chance !

La vie, la mort confondues...

Commenter cet article