Texte pour émission radio

Publié le par Lhyn Sedrin

Promenade en souvenirs
Je vous propose une balade dans mes souvenirs, venez avec moi dans le temps et l'espace. Le soleil se léve sur une ville qui bourdonne et qui chante, dès le matin croisent sous un ciel limpide une population industrieuse de marins, d'étudiants et d'ouvriers, bienvenue àToulon.
Cette ville côtière ne rayonne pas comme Nice, Cannes, Hyères ou Marseille mais elle vous imprègne de lumière et de dynamisme dès que vous vivez en son coeur.
Quand on vient de la campagne vers la mer, il se passe un phénomène de transition, la ville n'a pas beaucoup d'arbre comme on en trouve à Tours, elle n'est pas verte, les dominantes sont grises et noires et rouges, de grands immeubles d'habitation en bas desquels sont logés des commerces. En approchant du port de plaisance, le port de pêche et celui devenu par la force de l'évolution le port de départ des navettes vers les îles du levant,
vous traversez l'immense marché du cours Lafayette. A ciel ouvert se disputent l'attention des passants, des marchands de fruits, de vêtements et d'accessoires venus d'on ne sait où, mais qui pour certains prendront plaisir à marchander, pinailler sur le prix pour le simple plaisir de l' échange, vous n'y ferez pas d'affaires réellement, mais quel plaisir de déambuler dans l'allée de ce large marché !
Au bout du marché, traversez; vous êtes à la mer, le port, le vieux port vous accueille, il chante sous le soleil ; "ting ting ting" font les mâts au rythme de la houle produite par ces navettes dont je vous parlais tout l'heure, ici la vie devient moins trépidante, si au coeur de la ville on ressent l'esprit dynamique du travailleur acharné , ici c'est la langueur du farniente des vacances qui vous atteint, faites une pause, regardez les navires aller et venir, au fond gauche un coin pour les rares pêcheurs qui persistent encore et la vente des dons de la grande bleue... A droite vous attendent jusqu'au musée de la marine des boutiques de souvenirs provençaux et des restaurants dont les terrasses donnent sur le port. Si vous prenez une navette vous partez en vacances en mini croisière vers les îles du levant, Port Cro, Porquerolle... C'est l'été même en hiver, le souffle des vacances, le moment de couper les amarres et de laisser votre esprit vagabonder sur la terre, suivre le profil du Mont Faron qui encadre Toulon et la domine de son roc sec. Revenez vers la ville et de nouveau vous traversez ses rues attirés par le pic montagneux, prenez le téléphérique, en été vous avez une vue imprenable sur la rade, les rochers des jumeaux.
En hiver un nuage vous engloutit et vous rejette plus haut dans la neige, oui, parce qu'il y a de la neige ! Le Mont Faron porte les traces d'une histoire riche, ici le climat méditerranéen a fait pousser les cailloux blancs de calcaire entre les pins et les forts.... Le soir se couche sur une carte postale qui allie la mer et la montagne, les toits rouges des villages perdus dans la verdure et les blocs hétéroclites gris-blancs des immeubles et des grues du port naval sur le fond bleu de la mer.

La mare nostrum, notre mère.

Publié dans Textes orphelins

Commenter cet article