Vide

Publié le par Lhyn Sedrin

 J'ai lu il y a longtemps, quand j'étais plus jeune un poème qui m'a marquée, d'abord parce que je le comprenais totalement, ensuite parce qu'il était terriblement bien écrit, ne m'en restent que quelques mots qui raisonnent encore juste en moi et se réveillent quand les temps sont stérils et secs : "...Les yeux rivés sur l'incommensurable abime, je plonge..." L'incommensurable abime, me parle, je le conçois et l'appréhende parfaitement, comme ces touristes qui vont sur les falaises du grand canyon, il est là devant, l'inconnu, infinit...

 Le mot "incommensurable" surtout est terrifiant. Etrangement, même si je ne peux mesurer cet abime dont parle l'auteur, j'appréhende dans sa totalité le sentiment qui l'habitait quand il a écrit ces mots. C'est ce coeur émotionnel commun qui me rassure pour l'avenir de l'humanité, tant qu'il existera l'espoir de survivre à nos folies d'adolescents ne sera pas mort.

 Pensées du matin, chagrin.

Nous sommes dimanche, je ne parviens plus à écrire de nouveau, les photos ne veulent pas s'enregistrer sur l'album... Une dernière tentative avant l'hibernation ? Elwen s'endort aussi, la transition vers un forum table de jeu est lente et difficile. Je pense qu'elle est nécessaire à la continuité de ce jeu et de l'univers que nous avons créé.
 Elwen devenue jeu de rôle et table de jeu sera, je l'espère, moins en concurrence avec les autres forums d'écriture fantastiques puisqu'elle fera partie d'un autre registre de jeu.

Publié dans Réflexions diverses

Commenter cet article