Aran le sorcier

Publié le par Lhyn Sedrin

 Il est parti sans espoir de retour de la cité de Raukhart, elfe noir renégat il avance vers ses voisins les plus proches, des elfes eux aussi, il veut trouver un endroit où lui et son araignée géante pourront vivre selon leurs propres codes. Aran a entendu parler d'un endroit dans les bois où un archimage s'est installé.

 Enfant il était un guerrier plein d'avenir, sa capacité de parler et comprendre les araignées en faisait un candidat idéal pour intégrer la garde, puis il l'a rencontrée, elle se battait contre les gardiennes d'un temple, sa peau était blanche, les tatouages bleus bougeaient au rythme de ses attaques dansantes, il l'admira sans réagir, il était jeune encore et n'avait pas commencé sa formation, il aurait pu intervenir mais il resta figé par la course de l'elfe, ses bonds insensés toujours à la limite de la rupture d'équilibre, sa victoire sur les gardiennes arachnéennes lui restait en mémoire, c'était la première fois qu'il faisait quelque chose contre sa cité, l'elfe était surement une elwénienne, elle n'avait réchappé à la mort que d'un fil de soie, elle fut emmenée soutenue par ses compagnons.

 Quelques temps après Aran avait demandé la permission de se rendre à la capitale, Elwen la maudite, il y passa un mois, ce qu'il y appris était aux antipodes de sa vie Raukarthienne, lui aussi voulait vivre ainsi, il ne voulait plus de la cité noire qui l'avait vue naitre. Le changement ne fut pas perceptible immédiatement bien qu'il ai pris sa décision, il intégra la garde et connu sa compagne araignée, elle aussi était différente des autres, c'était une mandrake, une araignée capable de se rendre invisible. Au cours de sa formation s'éveilla en Aran la conviction profonde qu'il pouvait lui aussi utiliser la magie, cette conviction se transforma en réalité le jour où il délogea d'une pensée un caillou, celui-ci roula jusqu'à lui laissant le vieux mur auquel il appartenait s'écrouler.

 Aran faisait de plus en plus de séjours de "découverte" à la capitale, de cela les dirigeants de Raukhart prirent ombrage et ils le convoquèrent, le soumirent à la torture pour en connaitre les raisons, Aran connaissait la torture, il était dans la culture des Raukharthiens de la pratiquer et de la subir pour s'endurcir, mais Aran n'avait pas de goût particulier pour apprécier de la subir, il avoua se sachant découvert et ne pouvant plus y tenir son ambition de vivre en Elwénien.

 Bannis il trouva refuge auprès de l'archimage Theleb K'aarna, contre quelques services celui-ci le toléra sur le territoir qu'il s'était alloué. Mais Aran aspirait à retrouver l'elfe aux tatouages bleus, il se mit à attaquer les clans qu'il rencontrait et s'installa à proximité de l'un d'eux, là son araignée géante fit son nid et il y vécu un temps, l'espace d'un battement de cils. Avant d'être de nouveau face à l'elfe aux tatouages bleus et deux de ses compagnons, un humain et un loup garou.

 L'issue de cette seconde rencontre laissa à Aran un souvenir pénible et indélébile, une cicatrice qui le défigurait et une haine sans limite à l'égard de l'elfe à la lance électrique.

Publié dans Contextes Elwéniens

Commenter cet article