Quelque part, ailleurs...

Publié le par Lhyn Sedrin

 Au delà du royaume mais pas si loin, pas assez, un étrange conciliabule a lieu. Témoin de la scène une salamandre dorée sur le mur dans le décors, inaperçue.

 

 "Je te dis qu'il va poser un problème on doit l'arrêter et ramener le sceptre ici."

 "Tu as sans arrêt peur de tout, il est dans son royaume dans sa petite vie, il a même fondé un foyer, il ne se soucis pas de nous."

 

 La femme marche de long en large, sa robe frotte le sol en émettant un bruit métalique désagréable.

 

  "Le sceptre, il nous le faut si tu veux monter sur le trône, tu n'as aucune légitimité pour le moment, ils ne t'attaquent pas car ils ont peur de nous."

  "Pourquoi cela changerait-il ? "

 

 Le premier homme est calme, assis sur un siège immense où des formes serpentines s'entre-mêlent. Il ne a un sourire méprisant pour la femme.

 

  "Tu n'as pas remarqué les attaques que nous avons repoussées ! Es-tu inconscient ! Demandons à Sharn, elle a accepté le rôle la dernière fois, elle voudra peut-être sortir de nouveau du chaos pour s'amuser."

"Ces barbares ont détruit sa forme, et ils ont les pierres chromatiques je te rappelle."

"Il suffit de leur chuchoter comment s'en servir."

 

 L'homme hausse les épaules, ses cheveux noirs coupés cours prennent des reflets rouille.

 

 "Et ensuite ? Tu crois vraiment qu'il interviendra ? Ma pauvre Lleweln tu es naïve, il ne se salira pas les mains sur un dragon. "

 

  Sortant de l'ombre ou du mur ou la salamandre savait qu'il était là mais personne n'est jamais prêt à le voir, les sabots les jambes couvertes de poils et la protubérance sous un pantalon court qui cache mal le détail, un torse humain muclé bardé de cicatrices le visage aimable presque chérubin avec une barbiche et ses cheveux hirsutes couronnés de deux cornes, Owein prend la parole.

 

 "Quelqu'un lui a envoyé une lamproie, un... Non deux... Il a manipulé le chaos, il a utilisé la Marelle..."

 

 Il s'exprime comme un rêveur son sourire satisfait figé.

 

"Est-ce toi ma soeur ? Qui as-tu choisis ? Il pourrait remonter jusqu'à nous et il est puissant..."

 

 L'homme sur le siège se lève et fusille la femme d'un regard sombre où courent des lignes d'un vert malsain.

 

 "Comment as-tu osé ! Je n'ai donné aucun ordre !"

"Je l'ai fait pour te protéger !"

"Tu ne l'as fait que pour toi ! Va-t-en ! Je ne veux plus te voir !"

 

 La femme se transforme en pluie et tombe sur le sol qui l'absorbe.

 

 "Maladroit de la congédier ainsi... Une femme bafouée ... "

"Elle m'est acquise. Je la câlinerais plus tard, elle pliera."

 

 Le satyre n'a pas bougé. La salamandre suit le cours des pensées de son presque maitre. Il l'a déjà gagnée à sa cause. La salamandre tremble de la noirceur du coeur de ce maitre en traitrise. Elle s'enfonce dans le mur disparait, elle ne veut pas retourner d'où il l'a tirée, elle court dans le corps du serpent jusqu'au monde, trouve le donjon, trouve le cousin haïs, trouve l'époque et le temps et elle s'installe au dessus du bureau où un grand homme massif au cheveux blancs et longs, lit. Elle attendra son heure pour se glisser dans les songes et lui faire voir ce qu'elle a vu, peut-être restera-t-elle s'il lui est possible de rester, il ne porte pas les couleurs d'Ambre ni celles des cours, il est simplement vêtu comme un aventurier, le sceptre n'est pas loin de lui.

 

 Owein salut l'homme qui se veut roi, empereur des cours, il entre dans les ombres, cherche celle qui convient, salamandre est facile à suivre, il s'établit dans un bois où les habitants lui font bon accueil en raison de son physique. Quelle chance pour lui d'avoir trouvé fées, lutins, farfadés et faunes...

 

 


 

Publié dans Contextes Elwéniens

Commenter cet article